AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Au Nain Braillard [PV Ob-chan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 26/07/2013
Messages : 132

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
0/100  (0/100)
Nombre de techniques: 15
avatar
Administratrice - Rang A - Dragon Bleu
Ao Enoki
MessageSujet: Au Nain Braillard [PV Ob-chan]   Ven 2 Aoû - 14:13


− Dis, Ao, tu es sûre que c’est là?
Les sourcils froncés, la jeune femme lançait un regard incrédule autour d’elle. Perchée sur son épaule, la petite exceed grise semblait inquiète. La salle de la taverne à la porte de laquelle elles se tenaient ne payait pas de mine, on pouvait même dire que c’était repoussant, le genre de bouge infâme ou Ao préférait ne pas mettre les pieds. Des tables bancales auxquelles des soudards ivres buvaient mauvaises bières ou alcools frelatés, des tabourets cassés, des chaises mal réparées, des flaques douteuses marbrant le parquet sale couvert de sciure, des clients trop saouls pour trouver la sortie affalés dans les coins. Et cette puanteur malsaine qui assaillait son odorat sensible de Chasseur de Dragons, mélange de mauvais alcool, de sueur, de vomit et de bien autres choses encore qu’elle préférait ne pas identifier.

− Il me paiera ça, grogna-t-elle avec mauvaise humeur.
Tout avait pourtant bien commencé. La veille, Sting Eucliffe, l’insolent et arrogant Dragon Blanc, était venu la trouver pour lui annoncer qu’elle allait accomplir une mission avec lui et son équipier habituel, Rogue. Ao n’en avait pas cru ses oreilles, habituellement ces deux là se contentaient de l’ignorer, mais elle avait accepté avec empressement. Peut-être un peu trop d’empressement d’ailleurs à en juger par le sourire qui avait fleuri sur les lèvres du blond à ce moment. Mais elle s’en moquait, elle qui rêvait de pouvoir enfin leur prouver qu’elle était à leur niveau, elle allait en avoir l’occasion. La mission s’était bien passée, la guilde clandestine qu’ils devaient chasser d’un village de pêcheur sur la cote n’avait pas résisté longtemps face à eux trois. Ao avait pu faire démonstration de ses talents. Tout était pour le mieux.

La mission terminée, Sting avait prétexté avoir "un truc important à faire" avec son équipier pour abandonner la jeune fille sur le port, en lui disant de les attendre "dans une charmante petite taverne" où ils la rejoindraient une fois le truc important terminé. Ao aurait dû se méfier. Rien que le nom de la taverne voulait tout dire: le Nain braillard! Sûr avec un nom comme ça, ça ne pouvait pas être un trois étoiles. Non qu’elle aima le luxe mais elle détestait particulièrement ce genre de bouge infâme. Un coupe gorge pour marins où les serveuses faisaient aussi office de putains et où les maladies honteuses devaient courir plus vite que les cafards visibles sur le sol. Le genre d’endroit où on ne mettait pas les pieds sans bonne raison.

− Qu’est-ce qu’on fait, demanda Rin d’une petite voix.
Ao s’avança dans la salle, grimaçant à la sensation de la sciure imbibée sous ses pieds nus.

− On prend une table et on attend, siffla-t-elle entre ses dents serrées. Je vais certainement pas reculer. Ce crétin pense qu’il peut se foutre de nous, on va lui prouver qu’on a peur de rien.

− Parle pour toi, marmonna l’exceed en cachant sa petite frimousse dans le cou de sa maîtresse. En tout cas, ne bois ni mage rien de ce qu’on te proposera.
Ao avisa une table presque libre, sur laquelle un grand type brun était affalé. Ses cheveux noués en catogan, ses anneaux à l’oreille et ses vêtements débraillés indiquaient qu’il s’agissait d’un marin. Il était ivre mort et ne grogna même pas quand Ao donna un coup de pied dans son tabouret pour le faire tomber et prendre sa place. Elle envoya au sol les épluchures et le quignon de pain rassi trônant sur la table d’un geste de la main et poussa un soupir agacé tandis que plusieurs de paires d’yeux avides se posaient sur elle.

Une serveuse, court vêtue, dont la poitrine semblait à tout pris vouloir s’évader de sa robe s’avança, le visage fatigué, les pieds traînant, les épaules voûtés. Elle tait jeune pourtant, mais elle donnait déjà l’impression d’être fanée, comme une fleur dans un vase sale. Elle avait clairement vu des jours meilleurs.

− Qu’est-ce que ce s’ra? Demanda-t-elle avec un fort accent de l’est.
Ao échangea un regard avec Rin et celle ci fit non de la tête pour signifier qu’elle ne voulait rien.

− Je prendrais du thé, merci.
La fille la fixa un instant avec des yeux ronds, certainement peu habituée à ce genre de demandes.

− Quoi? Vous n’avez pas de thé?
La fille fit la moue, semblant réfléchir puis tourna mollement les tallons.

− J’vais voir.
Avec ça, elle s’éloigna de son pas traînant.

Ao la regarda repartir vers le bar derrière lequel un gros type dégoulinant de graisse et de sueur essuyait un verre à l’aide d’une loque sale. La fille avait à peine tourné les talons que deux types s’affalèrent sur la table face à Ao. La jeune femme leur adressa un regard glacial.

− Alors mignonne, on vient s’encanailler chez la racaille? Fit l’un avec un sourire torve.

− T’es à la bonne adresse, fit le second exhibant les chicots pourris lui servant de dents. On va bien s’occuper de toi.
La chasseuse se redressa fièrement, les dominant de toute sa taille.

− Les abrutis dans votre genre ne sont bon qu’à engrosser des truies, répliqua-t-elle d’une voix polaire. Retournez donc dans votre porcherie, j’ai mieux à faire.
Cette fois c’était sûr, Eucliffe allait lui payer ça, foi de Dragon Bleu!

_________________
Kit by Obei, merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tsukari.fairy-blog.over-blog.com/
Date d'inscription : 26/07/2013
Messages : 98

Feuille de personnage
Niveau: 5
Expérience:
0/100  (0/100)
Nombre de techniques: 5
avatar
Administratrice - Rang D
Obei Loras
MessageSujet: Re: Au Nain Braillard [PV Ob-chan]   Ven 2 Aoû - 21:52

Tu gambadais sur le sol poussiéreux sans même savoir qu'elle serait ta direction. La sphère de chaleur avait décidée de se replier timidement pour laisser place à la pénombre. Le vent était bien évidement de la partie, celui-ci effleurant la moindre parcelle de ta peau. L'humidité commençait à prendre place. Ton regard aride scrutait l'horizon cherchant désespérément un point de repère. Tu aperçus rapidement une foule en mouvement non loin de toi, tu décidas de rejoindre l’entassement humain. L'orque tu atteignis la population, les yeux avides de curiosité des passants te dévisageais, tu ne semblais pas vraiment apprécier cela, mais après tout tu ne pouvais rien changer à cette situation. Des inconnus ne prêtant pas attention à ta personne, te bousculaient sans la moindre excuses. Décidément de tel comportement ne peut te faire aimer la vie en communauté. Tu mordais impétueusement ta lèvre inférieure pour marquer ton agacement.

Tu entras dans le premier bâtiment que tes globes oculaires croisèrent, à priori tu pensais rentrer dans une échoppe, mais tu te rendis rapidement compte du contraire. En effet, la pièce qui s'offrait à toi n'avait tout bonnement l'apparence d'une quelconque boutique, mais plutôt d'un fatras d'ordures. Le sol était jonché de pourritures, les cafards avaient trouvés domicile en ses lieux, tout comme les débauchés du coin. Le première réaction qui te vins fut celle-ci :

- Ouah c'est crade ici !

Visiblement, même si l’alcool était montée à un haut degré dans le sang de la populace siégeant ici, ton commentaire n'était pas vraiment passé inaperçu aux yeux de tous. Les regards se fixèrent immédiatement sur toi, te toisant par la même occasion. Tu fis entrer entièrement ton corps dans la taverne et tu levas brusquement les bras au-dessus de ta tête, faisant un geste amicale comme pour indiquer que tu venais en paix. Un individu se leva avec vitalité, ce qui te surpris étant donné la masse de graisse qui enrobait son corps. Il s'avança en ta direction, un sourire légèrement moqueur pendu aux lèvres.

- C'est qu'il est comique le p'tit gars !

Il déposa l'une de ses main poisseuse sur le sommet de ta chevelure. Il resserra sa poigne, écrasant ton crâne entre ses doigts. Tu agrippas vigoureusement ta flûte et quand tu crus pouvoir asséner un coup dans l'orbite droit de ton adversaire, une jeune femme apparut. Tu jetas rapidement un oeil vers elle, examinant sa carrure, ton regard s'arrêta net sur cette chose qu'elle portait sur l'épaule. La demoiselle semblait bien trop distinguer pour côtoyer un tel endroit, la première pensée qui arriva à ton cerveau était :
"Elle s'est forcément trompée d'endroit !"
Mais non elle s'introduit elle aussi dans la brasserie, prenant place sur une table, extirpant de ce fait un vieux soûlard de sa table. A vrai dire ce qui t'intéressais se trouvait sur son épaule, cette être vivant t'intriguais. Tu avais envie de te jeter dessus pour l'identifier de plus près. Avant toute chose il fallait extraire cet énergumène qui te tenais tête avant d’entreprendre une quelconque exploration, ce qui, je dois l'avouer s'avéra quête facile étant donné que celui-ci se rua aborder la jeune femme. A ta grande stupeur les choses se déroulèrent plutôt étrangement, car il faut bien le remarquer la mage semblait ne pas se laisser marcher sur les pieds. Elle rétorqua aux dires des deux borgnes :

− Les abrutis dans votre genre ne sont bon qu’à engrosser des truies, Retournez donc dans votre porcherie, j’ai mieux à faire.

Tu esclaffas de rire. Réplique merveilleusement bien envoyée de sa part. Tu t’immisças discrètement entre la joyeuse petite communauté que formait les deux ivrognes et la jeune femme. Tu fis deux petit sauts pour marquer ton enthousiasme et tu dis :

- Et de un, zéro pour la charmante demoiselle ici présente !

Tu adressas un large sourire à celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 26/07/2013
Messages : 132

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
0/100  (0/100)
Nombre de techniques: 15
avatar
Administratrice - Rang A - Dragon Bleu
Ao Enoki
MessageSujet: Re: Au Nain Braillard [PV Ob-chan]   Sam 3 Aoû - 17:47

Pendant un court instant, les deux types la regardèrent avec des yeux ronds comme des billes, visiblement estomaqués. Un sourire mauvais s’installa sur les lèvres de Ao, tandis qu’elle les toisait du regard, pariant mentalement sur celui qui réagirait en premier. Un éclat de rire soudain attira l’attention de la chasseuse qui tourna les yeux vers une autre jeune femme, plutôt grande, qui se tenait sur le coté et semblait particulièrement amusée par la situation. Ao leva un sourcil et s’apprêtait à lui demander ce qu’elle faisait là quand l’un des type réagit, donnant un violent coup de poing sur la table, attirant les regards amorphes des clients voisins.

− La ferme sale femelle, grogna-t-il. Quand un mâle parle, on ferme sa gueule.
Bah tien! Il débarquait d’où celui là, qu’elle n’y aille jamais.

− Dans ton pays de sauvages peut-être, répliqua froidement Ao, mais ici à Fiore on est civilisé. Les femmes ont tout à fait le droit d’envoyer promener les gros lourdauds qui les importunent.
Quand elle était petite, Boreas avait bien insisté sur le fait que Ao n’était inférieure à aucun mâle quelque soit son rang ou sa force. Au contraire, en tant que Dragon Slayer c’était plutôt elle qui était supérieure aux simples humains. Ao devait avouer qu’à l’époque elle n’avait pas vraiment compris pourquoi le dragon lui avait dit ça, mais elle avait largement eu l’occasion de comprendre depuis qu’elle avait rejoint Sabertooth. Et si elle ne s’écrasait pas devant le grand et puissant Sting Eucliffe, il n’y avait pas de raisons qu’elle le fasse devant deux je-ne-sais-qui sortis tout droit de la fange.

− Ouais, j’comprends tout, fit le premier type roulant son oeil unique dans son orbite. T’aime que les femelles, c’est ça, morveuse?
Il se tourna vers la grande jeune femme qui les observait toujours.

− Et elle, c’est ta pouffe? Elle te fais ronronner comme une chatte en chaleur, je parie.
Il éclata alors d’un rire gras et désagréable. Les yeux fermés, il ne compris pas ce qui se passa. Ao bondit avec la grâce féline d’une panthère et, prenant appui d’une main sur la table, colla un magistral coup de poing dans le nez du type, faisant jaillir un geyser de sang de son appendice. Il tomba à la renverse, son rire mourant dans sa gorge en un gargouillis immonde. Son compagnon édenté le regarda un instant avec un air incrédule presque comique puis il se tourna vers Ao, complètement ahuri. Un peu de brume glaciale tournait lascivement autour de son corps bien qu’elle n’ai pas usé de sa magie et la température commençait à se refroidir autour d’elle. Lâchant un grognement furieux, la mage se rassit sur son tabouret bancal et se tourna vers l’autre jeune femme.

− Je suis désolée pour cet incident, annonça-t-elle. Voulez-vous vous asseoir, vous avez l’air tout aussi déplacée que moi dans ce décors.
D’un geste de la main, elle lui désigna le tabouret lui faisant face, n’accordant pas un regard au type aux dents pourries qui essayait de relever son camarade. Exploit perdu d’avance l’autre étant aussi petit et grassouillet que son comparse édenté était grand et mince.

− Je suis Ao, j’appartiens à Sabertooth. Et elle c’est Rin, mon équipière.
D’un geste, la jeune femme désigna l’exceed dont seuls les oreilles et le haut de la tête dépassaient au dessus de la table, comme si elle hésitait entre observer la nouvelle venue ou se cacher sous la table.

− Saberdousse? Fit une voix nasillarde.
Ao regarda le type se relever avec l’aide de son ami, pinçant entre ses doigts sales son nez cassé, dégoulinant de sang.

− D’es de Saberdouss, doi la pude? D’sais gon aibe bas les magues idi!
Ao leva les yeux au ciel. Ces crétins d’humains ne savaient décidément pas quand s’avouer vaincus et se retirer la queue entre les jambes. Son compagnon édenté semblait l’avoir compris lui, vu la façon dont il tirait sur son bras pour l’entraîner plus loin et mettre fin à l’affrontement.

− Ça tombe bien, j’aime pas les cons! Répliqua la jeune femme que la colère commençait à gagner. Et si tu ne me lâches pas très vite la grappe, je te jure que la leçon sera bien plus cuisante qu’un simple nez cassé.
Elle se proposait même de lui graver le nom de sa guilde sur le pubis histoire qu’il se souvienne de ladite leçon chaque fois qu’il baisserait son froc que ce soit pour pisser ou pour baiser.

_________________
Kit by Obei, merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tsukari.fairy-blog.over-blog.com/
Date d'inscription : 26/07/2013
Messages : 98

Feuille de personnage
Niveau: 5
Expérience:
0/100  (0/100)
Nombre de techniques: 5
avatar
Administratrice - Rang D
Obei Loras
MessageSujet: Re: Au Nain Braillard [PV Ob-chan]   Mar 6 Aoû - 14:07

Suite à ta courte intervention dédiés aux trois protagonistes, tu remarquas que la jeune femme plongea son regard en direction du tiens. Tu n'eus le temps de lui adresser un quelconque sourire ou même un simple signe de main que l'un des deux malfrats frappa brusquement sur la table, provoquant de ce fait un lourd silence, retenant l'attention de toute la taverne. Tu portas à ton tour ta concentration sur cet individu, momentanément il prit la parole :

- La ferme sale femelle, grogna-t-il. Quand un mâle parle, on ferme sa gueule.

Tes yeux tournèrent face à ses dires pitoyablement misogynes. L'un de tes pieds s'avança instinctivement comme pour parer une potentiel attaque ennemie.

- Dans ton pays de sauvages peut-être, mais ici à Fiore on est civilisé. Les femmes ont tout à fait le droit d’envoyer promener les gros lourdauds qui les importunent.

Tu fus stupéfaite de la réplique que lui avait envoyé la mage.

- Ouais, j’comprends tout, T’aime que les femelles, c’est ça, morveuse?

L'ivrogne se tourna vers toi.

- Et elle, c’est ta pouffe? Elle te fais ronronner comme une chatte en chaleur, je parie.

Tes yeux s'écarquillèrent et en un instant, l'amas de graisse hilare se prit la raclée de sa dédaigneuse vie. En effet la demoiselle ne resta pas de marbre face à la situation qui s'offrait à elle, celle-ci portant violence à son adversaire. Le pochard se retrouva à terre, le nez dégoulinant de cette substance rouge. Son partenaire apeuré, essaya tant bien que mal de relever ce dernier, mais bien évidemment sans succès. Une aura se dégagea de la mage, qui après cet entrevue s'assit à sa table et te dis :

- Je suis désolée pour cet incident, Voulez-vous vous asseoir, vous avez l’air tout aussi déplacée que moi dans ce décors.

Tu hachas brièvement la tête et pris place aux côtés de la chasseuse de dragons.

- Je suis Ao, j’appartiens à Sabertooth. Et elle c’est Rin, mon équipière.

Ton cerveau retint particulièrement l'attention de cette fameuse "Rin", tu te penchas un peu à proximité de cette chose. Tes orbites dévoraient cette petite merveille. Une fois de plus on ne te laissa le temps de t'exprimer, comme si ton opinion n'avait pas sa place en ce bas lieu. Une voix prit ta place :

- Saberdousse?

Tu pensas :
"Ah le vieux qui se relève !"

- D’es de Saberdouss, doi la pude? D’sais gon aibe bas les magues idi!

La façon dont cet être s'exprimait était tout bonnement à se fendre littéralement la poire. Tu te bidonnas, ne prenant même pas pour toi cette remarque.

- Ça tombe bien, j’aime pas les cons! Et si tu ne me lâches pas très vite la grappe, je te jure que la leçon sera bien plus cuisante qu’un simple nez cassé.

Tu soulevas soudainement ton postérieure du morceau de bois et hurlas :

- EN AVANT CAPITAINE !

Tu levas avec fierté tes deux bras et fis quelques foulées avant de prendre appuie et affliger un valeureux coup de phalanges au premier passant, c'est-à-dire l'ilote qui portait des propos injurieux depuis un moment.

- Sbim in your face !

Tu te retournas vers Ao.

- J'ai achevé l'autre pechno capitaine, j'attends les ordres !

Droite comme un piquet, silence faisant salle comble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 26/07/2013
Messages : 132

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
0/100  (0/100)
Nombre de techniques: 15
avatar
Administratrice - Rang A - Dragon Bleu
Ao Enoki
MessageSujet: Re: Au Nain Braillard [PV Ob-chan]   Dim 11 Aoû - 17:54

Ao haussa un sourcil en constatant que la jeune femme qu’elle venait d’inviter à se joindre à elle était particulièrement intéressée par Rin. Ce n’était pas inhabituel, ça arrivait même fréquemment. La plupart du temps les gens étaient stupéfaits de voir un chat habillé d’une petite robe marcher tranquillement sur ses pattes de derrière et se comporter comme un humain. Dans les alentours de Sabertooth, cependant, les villageois semblaient s’être habitués à la présence des trois exceeds, mais Ao se souvenait encore de la curiosité provoqué par Rin dans les semaines ayant suivit leur rencontre.

Toutefois, les deux ivrognes ne lui laissèrent pas le temps de donner la moindre précision à l’autre jeune femme, dont elle ne connaissait toujours pas le nom. Ils revinrent à la charge, cette fois prenant pour prétexte le fait qu’elle soit une mage de Sabertooth pour se montrer plus menaçants. D’autant plus menaçants que son nez cassé rendait ses propos bien ridicules et que ça fit rire l’autre jeune femme, ce qu’il ne sembla pas apprécier. Cependant, la chasseuse ne s’attendait certainement pas à ce qui allait se passer ensuite.

Sans prévenir, sa compagne d’infortune bondit sur ses pieds en braillant et, sans hésitation, colla un coup de poing au type avant de se tourner vers elle, affirmant attendre les ordres. Ao la regarda un instant en clignant des yeux, se demandant sur quel drôle de numéro elle était tombée. Cette fille était-elle une sorte de militaire en goguette? Un membre de l’armée royale? Pire un membre du Conseil? ...

− Euh ... fut tout ce la chasseuse au comble de la stupéfaction parvint à dire.
Dans quelle galère cet abruti de blond l’avait fourré? Il ne payait rien pour attendre celui là.

Et bien évidemment, comme Ao se disait que la situation ne pouvait pas être pire, le Destin se chargea de lui prouver le contraire. Le lourdaud se redressa maladroitement, assommé par les coups qu’il venait de recevoir. Pinçant toujours son nez cassé entre ses doigts crasseux, il tituba un instant dans leur direction, avec visiblement l’intention de se venger, mais, l’alcool et les coups aidant, il perdit l’équilibre et s’effondra lourdement sur une table voisine qu’il fracassa sous son poids. Les trois types qui y étaient assis se levèrent d’un bon en beuglant, bousculant involontairement d’autres ivrognes autour d’eux. Ceux-ci, furieux d’être dérangés dans leur occupation ô combien capitale se levèrent et se jetèrent sur les empêcheurs de boire tranquillement. Un type, de l’autre coté de la salle, se leva en hurlant:

− Batsooon!!!!
Et il frappa son voisin le plus proche.

Ce fut le signal que tout le monde semblait attendre. En un clin d’oeil, tous les soudards se jetèrent les uns sur les autres et une bagarre générale éclata dans la taverne. Derrière son bar, le patron semblait désabusé, regardant d’un oeil morne les clients réduire son mobilier en allumette, sans cesser de frotter une choppe avec un torchon sale. Les serveuses poussèrent des cris effarouchés et se réfugièrent derrière le bar. L’une d’elle, visiblement habituée à ce genre de situation, resta en arrière pour assommer ce qui osaient s’approcher de trop près à coups de plateau. Une porte s’ouvrit d’un coté de la salle, laissant apercevoir quelques jeune filles fort peu vêtues regardant ce qui se passait avec un certain intérêt.

Au milieu de tout ce tumulte, Ao restait figée de stupéfaction. Elle se doutait bien que quelque chose se passerait quand elle avait mis les pieds dans ce bouge infâme mais elle ne s’attendait pas à ça. Autour d’elle, les clients se tapaient joyeusement dessus. Un jeune homme aux épais cheveux roux s’était emparé d’un pied de table et s’en servait comme d’un gourdin. Près de lui, un autre jeune était occupé à cracher ses dents sur le sol répugnant. Plus loin un homme bâtit comme un gorille venait de faire passer deux autres types au travers d’une fenêtre fermée. Des bouteilles et des tabourets volaient dans toute la salle. Et dans tout ce tumulte, un véritable colosse vêtu d’une armure qui avait connue des jours meilleurs se dressa face aux deux mages.

− Lothar pas craindre mage pays ici, s’écria-t-il dans un langage approximatif. Toi battre moi!
Sur ces mots, il abattit sur les jeunes femmes une épée presque aussi grande et large que lui.

_________________
Kit by Obei, merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tsukari.fairy-blog.over-blog.com/

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Au Nain Braillard [PV Ob-chan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au Nain Braillard [PV Ob-chan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Taverne du Nain Joyeux
» [TERMINÉ] Gurdal Gloignus, Nain de la Moria...
» Thornac, le Nain guerrier
» Renom, Honneur et Wanted d'un Nain?!
» Masque Nain !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Fairy :: Le monde de Fiore :: La ville d'Hargeon :: La ville :: Basse - ville-